Enfant autiste "en crise", comment réagir ?

Autisme calmer enfant autiste crise enfant autiste Jouet enfant autiste

La crise de l’enfant autiste : et si la solution était un jouet sonore ?

Tous les parents connaissent ce problème : le petit qui fait sa crise... Et bien nous, parents d’enfants autistes, nous ne dérogeons pas à cette règle. Cependant si les crises font partie du développement de tout enfant, elles peuvent prendre une autre dimension chez un enfant atteint de Troubles du Spectre Autistique (TSA). Des bons réflexes à avoir aux effets apaisants procurés par les jouets musicaux, on partage avec vous tout ce que nous avons appris d’utile dans nos propres moments difficiles.

Pourquoi la crise ?

Frustration, colère, crise de panique, trouble du comportement… On peut donner bien des noms à ce problème récurrent. Concernant la solution par contre, les mots manquent. Comment définir une réponse adaptée ? Le comportement le plus judicieux ou, tout au moins, le moins néfaste pour notre enfant ?

Je suis convaincu qu’il faut toujours garder à l’esprit que ces crises ne sont pas une caractéristique inhérente et indépassable de l’autisme. Elles sont en réalité la conséquence d’un choc entre l’autisme de notre enfant et un environnement qui n’est pas adapté. C’est à dire un environnement qui bouscule les routines de l’enfant, qui souligne sa difficulté à s’exprimer ou qui le submerge de trop nombreuses stimulations.

En pleine crise

L’enfant autiste en crise fait donc face à une situation difficile pour lui. Confronté aux manifestations les plus aigües de cette angoisse, nous, parents, nous devons garder la tête froide, rester calme et montrer que nous maitrisons la situation. L’énervement, la panique, la réprimande sont à proscrire absolument, j’en suis persuadé. Si la cause de la crise est claire, bien identifiée, il est profitable de résoudre le problème rapidement, d’accompagner cela d’une explication concise et compréhensible et de reprendre, si possible, le cours normal de la journée.

Les demandes d’explication et les questions pressantes sont généralement à éviter en pleine crise. Les « Qu’est-ce que tu as ? », « Qu’est-ce que tu veux ? », « Veux-tu ceci ou préfères-tu cela ? » renvoient un message clair à notre enfant : papa et maman ne comprennent pas ce qui se passe, ils s’inquiètent tout comme moi, ma crise est donc justifiée. Et le résultat, par conséquent, contre-productif.

Sortir de la crise grâce aux jouets sonores

Il nous semble important d’aménager à la maison un endroit calme. C’est à dire un espace où notre enfant va pouvoir se sentir en sécurité et s’extraire de sa crise, dans le cas où elle durerait malgré tous nos efforts.

Il convient par contre de bien différencier cet endroit d’un lieu de punition. Il ne faut pas hésiter à le présenter à votre enfant quand il n’est pas en crise, à lui en parler comme d’un lieu de protection ni même à l’inciter à s’y réfugier quand il est en crise.

Il est important que ce lieu soit agrémenté de jouets. Des jouets qu’il affectionne, des jouets apaisants et des jouets musicaux. On le dit et on le répète sur Adelito pour l’avoir expérimenté chez nous : la musique, les instruments et les jouets sonores ont un attrait particulier sur les enfants autistes. Leur sensibilité à la musique est particulièrement aiguisée et elle permet de toucher notre enfant même quand il est en pleine crise.

Les jouets sonores parviennent à capter son attention malgré le trouble et l’agitation, comme s’ils parvenaient à contourner ces manifestations de stress. Ils permettent à l’enfant de retrouver des sensations qu’il connait et qu’il apprécie : l’effet sur la crise peut être parfois saisissant. Quoiqu’il en soit, il est toujours positif. Il arrive que notre enfant parvienne ainsi, grâce à ses jouets sonores, à s’endormir. Les jouets musicaux ont alors complètement vaincu la crise.

Ps : voici quelques liens si vous avez besoin de rentrer en contact avec des associations dans le domaine de l'autisme.

www.autisme-france.fr pour les français.

www.participate-autisme.be/fr pour les belges..

www.autisme.ch pour les suisses.


Article précédent Article suivant


  • Karine le

    Bonjour,

    Tout à fait d’accord avec vous sur la gestion de crise…
    Un endroit calme et serein pour que l’enfant puisse se canaliser en cas d’agitation trop forte, se ressourcer quand trop de stimulis l’agressent, et se réfugier avant que le trop plein déborde…

    Par contre il me paraît important de rappeler que chaque enfant a ses particularités sensorielles et que, si pour l’un les jeux sonores sont un véritable apaisement, ils peuvent l’être moins voire pas du tout pour l’autre.
    De notre côté, notre fils se sent bien au contact d’objets lumineux. Nous avons créé une cabane sensorielle dans sa chambre (sous son lit mi-hauteur), entièrement fermée par des rideaux opaques et dans laquelle nous avons mis des tapis, coussins et plein de petits objets lumineux que nous faisons tourner sur quelques semaines afin d’éviter la lassitude. Ça a été pour nous une véritable bouffée d’oxygène car notre petit loulou (7 ans et demi) s’y réfugie (ou parfois on l’oblige à s’y réfugier) et retrouve son calme. Et il commence même à demander à y aller quand il sent que la pression monte dans son corps.
    Attention, cette cabane n’est destinée qu’à cela, et aucun autre jeu n’est autorisé à y entrer.

    Bonne continuation à vous et à votre petit Adel.

    Karine


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés